Blog de Corinne Roche

Le Blog de Corinne ROCHE, Ecrivain

25 décembre 2008

Pas de rififi chez les Rikiki

alors, ce Noël?
Me voici en mesure de vous dévoiler la vérité que vous brûliez tous d'apprendre: je suis une Rikiki. 
Eh oui, j'appréhendais de passer Noël en tout petit comité, entre mon mari et ma fille. Or voici que de merveilleux amis, Rikiki eux aussi, se sont joints à nous!
Nous étions donc 9 à table hier soir. 9 Rikiki, autant dire une respectable famille recomposée. Des adultes, des enfants, des ados, des petits paquets cadeaux autour du sapin et un beau dessin à côté de la guirlande électrique.
Si Noël est une fête qui réunit les membres d'une même famille biologique, alors, il est probable que nous l'avons zappé. Mais si Noël est la fête du partage, du plaisir d'être ensemble et d'éprouver la chaleur et l'amitié des convives, alors oui, nous avons fêté Noël, et c'était un magnifique Noël.

merci les Amis.   

Posté par corinneroche à 15:43 - 2 - BILLET DU JOUR - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Joyeux LEON !.....

    Rikiki ? Vous avez dit … qui ne l’est pas un jour ou l’autre ? … l’essentiel c’est de ne pas l’être dans son cœur…

    Abas ! les armes, je vais changer mon stylo d’épaule pour remercier du fond du cœur Corinne et Yves, les artisans de cette fête réussie… famille Rikiki: nous avons pris la main tendue..

    Au soir du 24, la paix s’est installée dans nos cœurs de familles Rikiki réunies.. Grands et petits heureux de se retrouver ou de se rencontrer: merveilleux partage.

    La magie de Noël ne nous a pas épargnés : sapin, nappe blanche, bougies et chocolats.. et d’autres choses encore..

    C’était vraiment « notre petite fête sur la planète »…

    Michèle

    Posté par Michèle, 26 décembre 2008 à 12:20
  • Et, tout en blanc, le choeur des anges
    Chante aux bergers : " Noël ! Noël !

    Théophile Gautier.

    Posté par Une Ville Poème, 27 décembre 2008 à 16:13
  • Le Père Noël Et La Petite Fille................

    Avec sa hotte sur le dos
    Avec sa hotte sur le dos
    Il s'en venait d'Eldorado
    Il s'en venait d'Eldorado
    Il avait une barbe blanche
    Il avait nom "Papa Gâteau"

    Il a mis du pain sur ta planche
    Il a mis les mains sur tes hanches

    Il t'a prom'née dans un landeau
    Il t'a prom'née dans un landeau
    En route pour la vie d'château
    En route pour la vie d'château
    La belle vie dorée sur tranche
    Il te l'offrit sur un plateau

    Il a mis du grain dans ta grange
    Il a mis les mains sur tes hanches

    Toi qui n'avais rien sur le dos
    Toi qui n'avais rien sur le dos
    Il t'a couverte de manteaux
    Il t'a couverte de manteaux
    Il t'a vêtue comme un dimanche
    Tu n'auras pas froid de sitôt

    Il a mis l'hermine à ta hanche
    Il a mis les mains sur tes hanches

    Tous les camées, tous les émaux
    Tous les camées, tous les émaux
    Il les fit pendre à tes rameaux
    Il les fit pendre à tes rameaux
    Il fit rouler en avalanches
    Perles et rubis dans tes sabots

    Il a mis de l'or à ta branche
    Il a mis les mains sur tes hanches

    Tire la bell', tir' le rideau
    Tire la bell', tir' le rideau
    Sur tes misères de tantôt
    Sur tes misères de tantôt
    Et qu'au-dehors il pleuve, il vente
    Le mauvais temps n'est plus ton lot

    Le joli temps des coudées franches
    On a mis les mains sur tes hanches
    Paroles Mania

    Georges Brassens

    Posté par Le poète de Sète, 27 décembre 2008 à 23:03

Poster un commentaire